Maison du Temple de Mormant 52
Département: Haute-Marne, Arrondissement: Chaumont, Canton: Arc-en-Barrois, commune: Leffonds - 52


Maison du Temple de Mormant


Cette circonscription, ainsi que ses dépendances, reposaient sur une enclave de la Bourgogne, dans la Champagne, qui, depuis 1790, fait partie du département de la Haute-Marne. Son siège, Mormant, se trouve situé sur la commune de Leffond-en-Montagne. En 1120 et 1135, Hugues, seigneur de Château-Villain, donna des fonds et un moulin aux Templiers pour les aider à établir à Mormant une maison avec préceptorerie. En 1307, lors du commencement de leur procès, le frère Jean de Château-Villain déclare qu'il fut reçu en la maison de Mormant, « Domus Tempti de Mormentum per fratrem Laurentium de Belna, » précepteur, lequel fut brûlé à Paris eu 1310.


Domaine du Temple de Mormant


Plusieurs fois encore-il est fait mention de cet établissement dans l'instruction du procès.
Procès des Templiers tome 2, MORMENTUM (Domus Templi apud), Trecensis diocesis, page 369.
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.
Pocès des Templiers tome II page 369

Item frater Johannes de Castro Villari, etatis triginta annorum, juratus eodem modo de se et aliis in causa fidei dicere veritatem, et
interrogatus de modo et tempore sue recepcionis, dixit per juramentum suum quod fuit receptus apud Mormentum diocesis Trecensis, per fratrem Laurencium de Belna preceptorem dicte domus quatuor anni sunt in festo Magdalene instanti proximo preterito presentibus fratre Juliano capellano dicte domus, et quibusdam aliis de quorum nominibus non recolit.

Pocès des Templiers tome II page 531


Domus Templi de Mormentum Lingonensis diocesis
Sources: Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 - Imprimerie Nationale - Paris - M. DCCC. LI.

Maison du Temple de Mormant


Domaine du Temple de Mormant


Mormant « Mormentum » Les Château-Vilain y donnèrent leurs fonds aux Templiers en 1135 et 1199, leur droit sur le moulin en 1276.
Cette Commanderie fut fondée par Hugues de Mormant en 1120, sous le titre d'Abbaye; il y avait même au XIIIe siècle un vaste Hôpital desservi par des Frères et des Sœurs qui avaient pour Recteur un saint homme nommé Herbert.
Enfin cet Hôpital et la Préceptorerie furent remis en 1230 par l'Evêque Hugues de Montréal à Guerin Maître des Chevaliers Hospitaliers en France.
Sources: Description Historique et Topographique du Duché de Bourgogne - M. DCCC. LXXXI. Dijon.
La commanderie de Mormant, fondée en 1120, dépendait de Voulaines, en Côte-d'Or. Elle présente des restes de fortifications, un hôpital (12e-13e siècle) et une très belle salle capitulaire ornée d'une fresque du 14e siècle. C'est à Mormant que fut reçu le templier Taylafer de Gênes qui avoua avoir renié le Christ et craché sur la croix lors de son initiation, et avoir vu cette fameuse tête magique qui n'était peut-être qu'un reliquaire.
La maison du Temple de Mormant, qui avait chapelle, était du diocèse de Langres, bien qu'elle soit indiquée parfois comme du diocèse de Troyes: « domus de Mormant », « de Mormantio », « in Mormant de Borgondia. »

Mormant était de fondation toute récente en tant que possession du Temple, et les Templiers venaient de l'acquérir « de novo acquisita », ainsi que le raconte l'un d'eux reçu, en 1304, en cette maison.
Un autre, nommé Henri de Faverolles, nous apprend par l'interrogatoire qu'il subit en mars 1311, que lui et d'autres, qui tous étaient convers ou donnés de l'hôpital de Mormant, avaient reçu l'habit du Temple, alors que l'hôpital était devenu maison du Temple, en la chapelle de la maison, des mains de Laurent de Beaune: « [ipse et alii] qui omnes erant conversi seu donati hospitalis de Mormantio, Lingonensis diocesis, cum dictum hospitale pervenisset ad Templarios, fuerunt recepti..... »; c'était en 1301, au temps de l'Avent.

Il y avait donc eu un hôpital à Mormant, et cet hôpital avait été transformé en maison du Temple, très probablement dans le courant de l'année 1300. Cette transformation ne dut pas se faire sans solennité; il est certain que le visiteur de France vint à Mormant cette année même, car deux des Templiers interrogés dans la suite prétendirent avoir été reçus à Mormant, en octobre 1300, par Hue de Perraud en personne, en présence de divers personnages dont le maréchal du Temple, et le chapelain de la maison, frère Julien.

Julien, nommé aussi Julien « de Dinisel », ne fut pas le seul chapelain de la nouvelle maison de Mormant, il y en eut un autre nommé Gautier de Bure, qui fut également infirmier de l'Ordre; quant à Laurent de Beaune, que nous avons dit avoir été le dernier précepteur de la baillie d'Epailly, il aurait été le premier précepteur de la baillie de Mormant, de 1300 à 1304 tout au moins, d'après divers témoignages. Laurent était encore à Mormant à la fin de l'année 1303 et se déplaçait parfois, puisqu'on le trouve, à la Saint-Martin d'hiver, au Temple de Corgebin; son successeur fut peut-être un chevalier nommé Guillaume de Lorraine, qui reçut à Mormant, en 1305, au moment de Pâques.

Précepteurs de Mormant


1300-1303, frère Laurent de Beaune, sergent;
Vers 1305, frère Guillaume de Lorraine, chevalier.
Laurent de Beaune fut ensuite précepteur de la baillie d'Epailly.
Sources: Trudon des Ormes: Les possessions templières recueillent durant les interrogatoires des templiers par les hommes de Philippe le Bel et les commissions pontificales des diocèses de France.

Maison du Temple de Mormant
— Morment, ferme sur la commune de Leffonds.
— Maison du Temple, Hôpital puis abbaye.
— Molmentum, 1120 (Gall. Christ., IV col 156)
— Sancta Maria de Mormant, 1151 (Morment)
— Molmentensis domus, 1159 (Auberive)
— Mormentum, 1162 (Temple de Thors)
— Mormannum, 1182 (Temple de Thors)
— L'Ospital de Mourmant, 1351 (Morment)
— Mormant 1732, (Pouillé de 1732, page 129)
— Mormand, XIXe siècle (cadastre, section A)
Ps. Vous remarquerez que sur le dictionnaire topographique, le nom Morment
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Haute-Marne, rédigé par Alphonse Roserot. Paris M. DCCCC. III.

Domaine du Temple de Mormant


L'évêque de Langres, dit Robert de Châtillon (1203-1209) a été supposé parent de saint Bernard. Cette parente purement hypothétique n'a d'autre fondement que le surnom « de Châtillon. » Or ce surnom reste plus ou moins une énigme : il peut avoir pour origine une fausse graphie ou une mauvaise lecture. Robert appartient à la maison de Tilchâtel, comme le prouvent les titres suivants.

Avant sa promotion à l'épiscopat, Robert fut successivement trésorier et doyen de Langres. Etant trésorier, il fit une donation aux Templiers de Mormant : en voici la charte :
« Ego Gerardus Dei gratia lingonensis decanus notum facio... quod Robertus de Tilicastro lingonensis thesaurarius dedit fratribus Templi quidquid calumniae et juris habebat in Dominico de Praelis (1) et uxore ejus Gondrea et liberis corum, et eos prefatis fratribus quietos clamavit...
Testes fuerunt Belinus, Ebraudus, Hunaudus presbiteri et cononici lingonenses; Rudulphus de Conflucnto (2), Hugo-Favinellus, diaconi ; Milo-Malamanus, Renaudus, Bernardus, subdiaconi ; Acelinus capellanus de Wandelencurte, Dodo Engonensis, Albericus major de Maresco.
Actum anno 1184. »
Archives de la Côte-d'Or, Ordre de Malte, Mormant, H. 1375.
1. Cf. Cartulaire du prieuré de Vignory, par J. d'Arbaumont, Langres, 1882, page 199 ; Gallia christiana IV. col. 647.
2. Coublanc, canton de Prauthoy, Haute-Marne.
Sources: Chomton, Louis - Saint Bernard et le château de Fontaines-les-Dijon : étude historique et archéologique. Tome 2, Dijon 1894 - Bnf