Mormant raconté par Alain Catherinet

78mormant

Album relié pleine toile imprimée aux fers.

204 pages • 21 x 30 cm au prix de 39€ + 12€ de frais de port. Il vous suffit d'adresser un chèque au nom de l'association"L'Abbaye de Mormant Revivra"
12 rue de l'Abbaye de Mormant 52210 LEFFONDS
et vous recevrez votre livre sous huitaine.
Merci de bien indiquer le lieu de livraison.

Ce livre est disponible auprès de l'association au prix de 39€

 

« L’histoire se fait avec des documents écrits…, quand il y en a », disait Lucien Fèbvre. L’hôpital de Morment n’en manque pas. Ses archives médiévales sont riches. Elles permettent de placer son origine à la fin du XIe siècle. Elles sont relayées ensuite, lorsque cette maison, après un court intermède templier, entre dans le patrimoine des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, par les dossiers de cette prestigieuse institution. Viennent enfin les procès-verbaux des visites faites aux XVIIe et XVIIIe siècles, époque où Morment est devenu la principale commanderie du Grand Prieuré de Champagne. Alain Catherinet exploite avec clarté et de façon exhaustive cette riche documentation, qui permet non seulement de connaître les heurs et malheurs de cet hôpital à travers les siècles, mais aussi de s’introduire dans les lieux, d’en découvrir l’importance et d’en regretter la rapide dégradation. Mais tout change pour l’historien comme pour le curieux du passé, lorsque aux textes peuvent s’ajouter les vestiges archéologiques. La vision devient alors plus aiguë et plus pertinente et le flou des descriptions faites par les anciens visiteurs s’efface devant la netteté des mesures et, plus généralement, du contact direct avec le monument. Or, au nombre des anciens bâtiments de Morment, il subsiste, bien qu’en très mauvais état, une belle salle voûtée où furent accueillis et soignés au cours des siècles les voyageurs, les indigents et les malades qui s’aventuraient sur l’antique via Agrippa reliant la Grande-Bretagne à Rome. Aux temps mérovingiens ou carolingiens, on aurait parlé d’un xenodochium. Au XIe siècle, on parle d’une maison-Dieu. Il en subsiste dans les villes, généralement de date plus récente. Celle-ci a le rare privilège d’être très ancienne, rurale et localisée sur un grand chemin, toutes caractéristiques qui en font un rare et précieux témoin des œuvres caritatives et donc sociales du passé. En ville, les hôpitaux du Moyen Age sont aujourd’hui bien préservés. Les municipalités ont compris tout l’intérêt patrimonial de ce type de bâtiment. A Laon, dans les années quatre-vingt du siècle dernier, l’accord harmonieux d’un historien et d’un architecte en chef des Monuments historiques a permis l’heureuse mise en valeur du premier hôpital capitulaire sur le parvis de la cathédrale. Il est souhaitable que, pour cette très rare maison-Dieu rurale de Morment, semblable synergie se mette en place et que les autorités locales, départementales, régionales et même européennes concourent rapidement au sauvetage de la salle des malades et des annexes qui subsistent encore. Ce sera le grand mérite d’Alain Catherinet d’avoir provoqué ce sauvetage, qui s’avère absolument nécessaire si l’on ne veut pas avoir, dans quelques années, à déplorer la disparition d’un témoin aussi riche de la civilisation de nos ancêtres, donc de la nôtre.

Michel BUR.

L'histoire de l'Abbaye raconté par Alain Catherinet

Alain catherinet raconte mormant